INGEO geometre expert INGEO geometre expert INGEO geometre expert INGEO Geometre expert 62 59 Contact INGEO Geometre expert 62 59 Agences INGEO Geometre expert 62 59 INGEO Geometre expert 62 59 reference INGEO Geometre expert 62 59 espace securise INGEO Geometre expert 62 59 Ingeo environnement Ingeo YouTube Ingeo Twitter Ingeo Facebook
Actualité INGEO

INGEO

Ingénierie - Géomètre-Expert

Une pluralité de compétences au service de vos projets.

INGEO

INGEO, société d’INGénierie et de GEOmètres-Experts, vous offre un accompagnement fort de compétences et de technologies les plus récentes.

03.21.38.15.21

Imagerie 3D : "Sesostris III, un pharaon sort de l'oubli à Lille" dans "Croix du Nord" du 9 octobre 2014

[Publié le 09/10/2014]

 Article du journal "Croix du Nord" du 9 octobre 2014 par Thomas LEVIVIER

Sesostris III, un pharaon sort de l'oubli à Lille

Le souverain egyptien du Moyen Empire est présenté avec 350 oeuvres jusqu'au 25 janvier au Palais des Beaux-Arts de Lille




C’est l’histoire d’un pharaon puissant, novateur et guerrier. Un de ces souverains égyptiens qui régnèrent avec force et conviction. Mais pourtant il n’a pas eu la postérité de Ramsès II ou de Toutankhamon peut-être parce que sa pyramide ne lui a pas survécu. Sésostris III, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a marqué l’histoire de l’Égypte et notamment du Haut-Empire de 1872 à 1854 avant Jésus-Christ.

Un pharaon du Moyen Empire

Son histoire nous ramène donc 38 siècles en arrière. Le Palais des Beaux-Arts (PBA) de Lille lui consacre sa première exposition égyptienne sous le titre Sésostris III, pharaon de légende. Alors pourquoi lui ? Pour au moins une double raison. D’abord, mettre en avant les fouilles réalisées par l’Université Lille 3 à partir des années 1960 sur des sites de Nubie datant du règne de Sésostris III et dont les objets sont en dépôt au PBA mais aussi parce que le Moyen Empire n’est pas une période souvent traitée.
Il a ainsi fallu faire appel à une trentaine de musées prêteurs dont le Louvre qui a accepté de se séparer de 50 œuvres (soit l’équivalent d’une salle) le temps des quatre mois que dure l’exposition. Certaines pièces acquises dans les années 1930 comme le linteau de porte du temple de Médamoud (bloc de calcaire de 600 kg) n’avaient jamais quitté le musée parisien. « Notre rôle au Louvre est de participer à des expositions ambitieuses dont le projet scientifique est novateur. C’est le cas ici. Un prêt est l’occasion de voir une oeuvre autrement », souligne Guillemette Andreu-Lanoë, directrice honoraire du département des antiquités égyptiennes et seconde commissaire de l’exposition.

Un message politique

« Sésostris III casse les codes de l’Égypte ancienne. Il n’est pas présenté sous des traits éternellement juvénils mais avec un visage marqué par le poids des ans. C’est un message politique soulignant qu’il est un pharaon conquérant », explique Fleur Morfoisse, conservatrice au PBA et commissaire.
L’exposition a donc été construite en trois parties. En arrivant, le visiteur découvre le pharaon, sa cour et ses sujets. Puis l’Empire est présenté ainsi que tous les objets de la vie quotidienne (colliers, statuettes, miroirs…) retrouvés sur le site de Mirgissa en Nubie par les équipes de fouilles de Lille 3. « Nous voulons montrer que l’Égypte n’est pas un pays fermé sur lui-même mais qu’il y a des échanges culturels », ajoute Fleur Morfoisse.
Enfin, dans la dernière section, on découvrira le monde des dieux et des morts avec notamment la reconstitution d’une tombe et d’une chapelle funéraire réalisée avec le concours du service d’imagerie 3D de la société nordiste Ingeo. À la sortie, la légende de Sésostris, très vite élevé au rang de dieu, est évoquée notamment grâce à Hérodote.

Enterré dans une tombe creusée

L’exposition entend donc redonner ses lettres de noblesse à ce pharaon important pour l’histoire de l’Égypte. Il serait le premier à se faire enterrer dans une tombe creusée. Une des raisons de la méconnaissance de cette époque et de ce pharaon est que la Haute-Égypte, entre le Caire et Louxor, ne fait pas partie des circuits touristiques.
Même si le succès est prévisible, les responsables du PBA ne veulent pas révéler leur objectif concernant le nombre de visiteurs attendus. Pour mémoire, l’exposition consacrée à Rubens lors de Lille 2004 avait rassemblé 301 200 visiteurs. « C’est le résultat de deux ans et demi de travail et une mobilisation de toutes les équipes », rappelle Fleur Morfoisse. « Ce n’est pas une exposition de plus sur l’Égypte. Mais un vrai projet qui a du sens à Lille notamment avec les fouilles de l’université de Lille 3 », ajoute Bruno Girveau, le directeur du palais des Beaux-Arts.

 EN PRATIQUE

L’exposition est ouverte depuis ce 9 octobre et jusqu’au 25 au 25 janvier.  Ouvert le lundi de 14 h à 18 h. Du mercredi au vendredi de 10 h à 18 h. Le samedi et dimanche de 10 h à 19 h. Fermé le mardi et le 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier. Entrée : 10 € / réduit : 8 €. Happy hours:  7 € (pour tous à partir de 16 h 30 le lundi, mercredi, jeudi et vendredi.

http://www.croixdunord.com/sesostris-iii-un-pharaon-sort-de-loubli-a-lille-37267.html




TrackBack URL pour ce sujet:    http://www.ingeo.fr/actualites-detail_news-219.html